Actualités

9 octobre.jpg
1/3

Déclaration de la commission exécutive confédérale I Pour une mobilisation la plus large possible le 9 mai

24 AVRIL 2019

La Commission exécutive confédérale a décidé aujourd’hui d’appeler à la mobilisation la plus large possible le 9 mai prochain.
Le gouvernement a décidé de faire subir à la Fonction publique le même choc qu’ont connu plusieurs services publics ces dernières années, sans pour autant montrer une quelconque efficacité : toujours moins de réponses aux besoins, toujours plus chers pour les usagers devenus clients. C’est à rebours des exigences exprimées dans les récents différents mouvements sociaux et des sondages actuels plébiscitant plus de services publics.
Emmanuel Macron avait jugé le statut de la Fonction publique inadapté durant sa campagne et prévu la suppression de 120 000 emplois. Il confirme ! Après la réforme du Code du travail, devenue référence sociale, il s’attaque maintenant à la Fonction publique et aux statuts des fonctionnaires. Salaire au mérite, gel du point d’indice, journée de carence, mobilité imposée… la transformation de la Fonction publique s’inscrit dans la poursuite de la construction d’une société de précarité et d’individualisme dans un monde du travail fragilisé.
Une nouvelle vision de la société, dématérialisée, déshumanisée, qui n’a pas été débattue entre citoyens et actuellement rejetée.
Toutes les organisations de la CGT sont donc invitées à s’emparer de cette journée d’action pour défendre et exiger des services publics modernisés, de qualité, prenant appui sur une fonction publique renforcée avec des agents bénéficiant d’un statut de haut niveau. La question de l’avenir des services publics est donc posée en grand pour répondre aux besoins fondamentaux des citoyens, des travailleurs, du pays tout entier.
Les transformer, les affaiblir, c’est condamner à la paupérisation et à la désertification des pans entiers de notre territoire, c’est fragiliser nos concitoyens, notre économie, comme notre capacité à développer l’emploi.
C’est surtout amputer par manque d’aménagement territorial nos potentiels industriels et productifs. Emmanuel Macron veut conclure au sortir du grand débat qu’il y a un excès de dépenses publiques, et qu’il faut donc les réduire. L’opération s’annonce plus difficile à conduire que prévue, car c’est l’utilisation de l’argent qui est réellement posée et singulièrement la réponse aux besoins humains et écologiques.
Aujourd’hui, c’est principalement la spéculation et la flambée des dividendes qui sont alimentées, à l’exemple du CICE, qui est un vrai gaspillage d’argent public tant son inefficacité est démontrée en matière de création d’emploi.
La CGT milite pour un renforcement des moyens pour nos services publics, la fonction publique, et pour un statut général des fonctionnaires rénové et renforcé, garantissant leur indépendance et leur responsabilité, socle incontournable de l’égalité d’accès aux emplois publics. Cela garantit aux administrés neutralité et impartialité dans l’exercice des missions des agents, nous exigeons par conséquent le retrait du projet de loi dit de « transformation de la Fonction publique ». Nous devons créer les conditions d’une grande mobilisation nationale unitaire et citoyenne ce 9 mai. Il est temps de revendiquer la réimplantation de nos services publics dans les territoires, et la mise en place d’une gestion démocratique. Il est urgent d’exiger de nouveaux services publics (logement, alimentation, communication, santé, transport, énergie…) correspondant aux besoins du XXIe siècle.
Nous pouvons nous appuyer sur les nouvelles technologies pour les référencer et les satisfaire, plutôt que pour déshumaniser et raréfier leur implantation.
Défense, reconquête et développement des services publics !
Rien ne sera possible sans l’intervention et la mobilisation convergentes de toutes nos organisations.

1/3

MOUVEMENT SOCIAL | Appel à la mobilisation à ORLEANS

1er mai 2019

La journée internationale de lutte des travailleurs et pour la paix entre les peuples que représente le 1er mai arrive à grand pas et s'inscrit dans une période de conflits sociaux, dans et en dehors de l'entreprise, inédite depuis mai 68. Inutile de vous préciser que tous les adhérent-e-s de notre Union Locale CGT d'Orléans  se doivent de participer à la manifestation qui partira de la place de la Loire à 10H30.

Vous trouverez, pour rappel et en PJ, le tract de l'UD.

A l'issue de cette manifestation qui devra être massive, vous êtes toutes et tous conviés à notre traditionnelle  fête populaire du 1er mai, à partir de 13H00 au Château de l'étang à Saran, un cadre idyllique pour passer du bon temps entre camarades, amis et en famille.

Vous pourrez vous restaurer (paella/frites/merguez...), jouer (tombola, chamboule-tout, photo tronches..) écouter de la bonne musique, vous informer et découvrir (stands associatifs et syndicaux, expositions, artiste photographe) et débattre autour de la question de la réduction du temps de travail.
N'hésitez pas à venir avec vos enfants et/ou petits enfants qui, sans aucun doute, trouveront, eux aussi, chaussures à leurs pieds (crêpes, chamboule-tout, structure gonflable).

Tous les ingrédients seront donc réunis pour nous retrouver dans la fraternité et la convivialité. Le soleil sera aussi de la partie!

Merci d'avance à celles et ceux qui pourront venir nous donner un coup de main pour le montage mardi matin à partir de 8H30.

 

Nous comptons sur vous tous pour transmettre cette information autour de vous, et bien sûr, aux camarades de vos syndicats.

1/3

Rentrée 2018 - Ne nous laissons pas faire ! Tous ensemble le 9 octobre ! (tract)

Pour les services publics, les salaires, les emplois, tous ensemble le 9 octobre !

Le Président et son gouvernement sortent affaiblis du premier semestre. Ils n’en demeurent pas moins arc-boutés sur leur projet antisocial au service des riches.

Depuis janvier 2018, le gouvernement a lancé les concertations avec les organisations syndicales sur le volet ressources humaines du projet Action publique 2022.

De plus, en cette rentrée, le projet de réforme des retraites pour tous, public-privé, entre dans la danse !

Face à cette situation et à des décisions régressives qui s’opposent aux demandes légitimes des travailleurs et de la jeunesse, l’heure est à la défense des fondements de notre modèle social et à la conquête de nouveaux droits. C’est pourquoi les organisations CGT – FO – Solidaires – UNEF – UNL décident de faire du 9 octobre prochain une première journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle, étudiante et lycéenne.

LA CGT DES SERVICES PUBLICS DU LOIRET APPELLE À LA MOBILISATION LA PLUS LARGE POSSIBLE LE 9 OCTOBRE A 10H30...

              ORLEANS-Parvis cathedrale                 Montargis-Place du Patis                   Gien-Place Jean Jaurès

La CGT confortée comme première organisation syndicale dans la Fonction publique

Communiqué commun CGT Fonction publique

A partir de résultats partiels, la CGT apparaît comme étant confortée comme première organisation syndicale dans la Fonction publique.

Les organisations de la CGT Fonction publique soulignent que de nombreux dysfonctionnements ont été recensés lors des opérations électorales et ce, dans les trois versants de la Fonction publique.

Nos organisations remercient les personnels pour leur confiance et saluent le travail des militantes et militants qui ont mené une campagne dynamique.

Ces résultats électoraux nous encouragent à poursuivre sans relâche le combat syndical pour la Fonction publique, ses agents, ses usagers.

Le 14 décembre est, parmi d’autres, un temps fort de mobilisation que nous appelons à investir massivement dans le cadre de la convergence public-privé.

Montreuil, le 7 décembre 2018

1/3

Les agents de la métropole d'Orléans alertent sur les temps de travail et les primes

20 Février 2018

Le 1er janvier dernier, les agents communaux des 22 villes de l'agglomération ont été transférés à la métropole. Non sans difficultés selon la CGT, qui organisait un mouvement aujourd'hui.

 

Une petite trentaine de manifestants se sont rassemblés à 13 h 30, ce vendredi 23 février, devant le siège d'Orléans Métropole, à l'appel de la CGT. "C'est une alerte, avant que les négociations commencent sur l'harmonisation du temps de travail et les régimes indemnitaires", précise Yann Bouguennec, agent métropolitain et responsable de la coordination syndicale départementale des services publics CGT. 

Depuis le 1er janvier dernier, les employés salariés par les 22 communes de l'agglomération ont été transférés à la métropole. Ils sont rattachés à six pôles territoriaux. "Désormais, les agents sont déplacés d'une commune à l'autre. Cela a des conséquences. Ainsi, les agents de La Chapelle bénéficiaient d'une salle et ils pouvaient apporter leur repas. Désormais, on leur demande de travailler à Saint-Jean-de-la-Ruelle, mais ils n'ont pas de salle pour manger car il y a un restaurant communal. Or pour certains petits salaires c'est trop cher, donc ils mangent dans leur voiture", décrit Yann Bouguennec. 

Des horaires et des primes disparates

Mais c'est principalement, les horaires et le régime indemnitaire qui posent problème. Chaque commune avait son propre système en terme d'organisation du temps de travail. Tout est encore resté en l'état.

"Certains ne travaillaient pas le vendredi après-midi, d'autres travaillent quatre jours par semaine. Personne ne commence à la même heure le matin. Orléans Métropole veut harmoniser tout le monde à 1.607 heures de travail annuel. Certains perdront donc des jours de congés. Le salaire est le même mais les primes (le régime indemnitaire) ne sont pas identiques d'une commune à l'autre. Il peut y avoir 140 euros de différence d'une commune à l'autre. Nous sommes inquiets", complète-t-il, avec Pascale Petit, représentante CGT. Difficile aussi, pour les agents, pour l'instant, de s'y retrouver dans la hiérarchie entre chef de service, chef de pôle. 

Des négociations à venir

Un comité technique avait lieu cet après-midi, avec les syndicats CGT et CFDT, les directeurs de service et Muriel Sauvegrain, vice-présidente d'Orléans Métropole aux ressources humaines. Elle se dit "à l'écoute de l'inquiétude". Ces questions n''avaient pas été tranchées avant le transfert, "car nous étions dans l'attente des décisions gouvernementales sur les fonctionnaires et nous nous étions mis d'accord avec les autres maires de l'agglo, pour un transfert en l'état". Elle annonce que les négociations sur les temps de travail et le régime indemnitaire débuteront en mars-avril.

                                                                                                              Parallèlement à cette action, à l'appel de la CGT et

                                                                                                              aussi de la CFDT, entre
                                                                                                              90 et 95 % des animateurs périscolaires de la ville

                                                                                                              d'Orléans étaient en grève, aujourd'hui. 

                                                                                                              Ils contestent leurs conditions de travail et le                                                                                                                            manque de nombreux vacataires pour accueillir les

                                                                                                              enfants dans de bonnes conditions. "On se pose aussi

                                                                                                              beaucoup de questions sur le retour ou non à la

                                                                                                              semaine des quatre jours à Orléans", déplore Adeline

                                                                                                              Leguiser, secrétaire adjointe à la CGT. 

                                                                                                             Muriel Sauvegrain précise qu'elle "comprend les

                                                                                                             inquiétudes, mais nous avons énormément de

                                                                                                             problèmes de recrutement. Sur les vacataires

                                                                                                             recrutés, 56 % ne sont pas venus. Nous allons

                                                                                                             décider rapidement pour les quatre jours puisque les

                                                                                                             derniers conseils d'école ont lieu ce soir."

1/3

Projets de décrets portant sur les agents de maîtrise : Le saupoudrage indiciaire ne remplacera pas le reclassement en catégorie B (tract + pétition)

L’accord minoritaire parcours professionnel carrière et rémunération que la CGT a refusé de signer promettait une amélioration du pouvoir d’achat des agents de maîtrise. Maintenant que les négociations ont commencé, force est de constater que le compte n’y est pas !

Les projets de décrets portant sur les agents de maîtrise ne répondent pas aux légitimes attentes des agents et ne correspondent pas aux enjeux de service public.
La maîtrise repose sur une technicité acquise et une fonction d’encadrement dans trois filières du versant territorial : la filière technique (agent de maîtrise), la filière sapeurs-pompiers professionnels (sous-officiers de SPP) et la filière police municipale (chef de police municipale et brigadier-chef principal). La technicité acquise permet d’exercer les fonctions d’encadrement dans de meilleures conditions et devrait légitimement être reconnue par une intégration en catégorie B.

Cependant, sous couvert d’amélioration des grilles indiciaires pour les agents de maîtrise et agents de maîtrise principaux, le gouvernement refuse de valoriser ces cadres d’emplois en catégorie B. Tout comme les accords Jacob, PPCR ne fait pas illusion et la baisse des rémunérations de tous les fonctionnaires reste la règle !

Les agents relevant des échelles 5 et 6 seront bloqués pendant 5 ans. La carrière des agents de maîtrise sera allongée à 13 échelons ; les agents ayant atteint le 12ème échelon seront reclassés au 10ème et devront patienter au moins 6 ans pour obtenir une véritable revalorisation… La Fédération CGT des Services Publics note au passage que les gains d’indice annoncés ne compenseront pas tous la suppression de la GIPA.

La Fédération CGT des Services Publics réaffirme ses exigences de cohérence statutaire entre les qualifications et les missions des différentes catégories :

  • Catégorie C : exécution

  • Catégorie B : organisation et encadrement de proximité

  • Catégorie A : conception, expertise et encadrement

La Fédération CGT des Services Publics et son UFICT réclament la suppression du cadre d’emplois des agents de maîtrise, leur reclassement dans le cadre d’emplois des techniciens et le recrutement des agents sur le grade de technicien au niveau bac.

© 2017
 

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page

Services Publics

CGT CSD 45 

10, rue Théophile Naudy
45000, Orléans, France

contact@cgtcsdloiret.com

®