Actualités

fdsp retraite banderole.jpg
1/3

Retraites : stoppons le projet de régression sociale ! (Tract + affiche + autocollant)

24 Octobre 2019

La Fédération CGT des Services publics réaffirme son exigence du retrait du projet de réforme qui entend mettre en place un « système universel de retraites par points » avec des « droits » calculés sur l’ensemble de la carrière, dont le premier acte sera le démantèlement des régimes particuliers à commencer par la CNRACL et l’IRCANTEC.
D’ores et déjà, la date du 5 décembre rassemble de nombreuses structures sur le plan interprofessionnel et intersyndical (CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNEF ; et aussi l’UNSA dans plusieurs secteurs professionnels). Elle s’affirme comme une perspective majeure dans le combat à mener pour défendre nos retraites et faire reculer le gouvernement. Les appels à la grève à compter du 5 décembre sont plus nombreux chaque semaine. La CGT Services publics a pour sa part déposé un préavis de grève couvrant la période du 5 décembre 2019 au 5 janvier 2020.

1/3

Communiqué de presse | Tour des luttes 

22 novembre 2019

A Orléans

Du 12e Congrès CGT des services publics à la manif du 5 décembre 2019…

Montpellier- Orléans - Paris

A l’occasion de notre 12e Congrès CGT des services publics à Montpellier, et dans le contexte de préparation de la grève à compter du 5 décembre, un Tour des luttes à vélo est organisé du 22 novembre au 5 décembre, partant de Montpellier pour rejoindre Paris par Orléans (11e étape, lundi 2 décembre). 

 

Nos camarades Christian Garnier et Jean-Jacques Picot, chauffeurs de benne à la Ville de Paris, se battent pour leur réintégration dans les effectifs municipaux depuis plus d'un an. Mis à la retraite d’office suite à une action syndicale collective visant à contester la politique antisociale du gouvernement, nos camarades sont déterminés à être rétablis dans leur dignité de fonctionnaires citoyens. Outre la voie de la justice administrative, nos camarades, avec le soutien de leur syndicat, entendent poursuivre la bataille de mobilisation collective et d’interpellation de la mairie de Paris. Christian et Jean-Jacques feront une étape par jour.

 

Chaque soir sera organisée une initiative avec les forces CGT de la localité traversée, avec l’objectif d'interpeller les élus locaux, d'organiser des débats avec les salariés et la population sur trois sujets : les libertés syndicales, l'avenir des services publics et de la Fonction publique et  notre système de retraite solidaire.

 

Les étapes :

1re étape 22/11 : Montpellier – Nîmes    60 km   Gard

2e étape 23/11 :  Nîmes – Bagnols sur Ceze   50 km   Gard

3e étape 24/11 :  Bagnols sur Ceze – Montélimar  60 km   Drôme

4e étape 25/11 :  Montélimar – Valence    47 km   Drôme

5e étape 26/11 :  Valence – Vienne     90 km   Isère

6e étape 27/11 :  Vienne – Ecully (Lyon)    35 km   Rhône

7e étape 28/11 :  Ecully – Roanne     80 km   Loire

8e étape 29/11 :  Roanne – Vichy    65 km   Allier

9e étape 30/11 :  Vichy – Montluçon   81 km   Allier

10e étape 1/12 :  Montluçon – Bourges   93 km   Cher

 

11e étape 2/12 : Bourges – Orléans   110 km   Loiret       

                Arrivée : Devant la Cathédrale d’Orléans à 15h00

12e étape 3/12 :  Orléans – Etampes   67 km   Essonne

                Départ : Gymnase Jean MOULIN de SARAN à 9h00

 

13e étape 4/12 :  Etampes – Orly    50 km   Val de marne

14e étape 5/12 :  Orly – Paris     16 km   Paris

 

 

Le lien ci dessous est une bande annonce du tour des Luttes 2019 :


https://youtu.be/Can9EfCpDVk

1/3

Rentrée 2018 - Ne nous laissons pas faire ! Tous ensemble le 9 octobre ! (tract)

Pour les services publics, les salaires, les emplois, tous ensemble le 9 octobre !

Le Président et son gouvernement sortent affaiblis du premier semestre. Ils n’en demeurent pas moins arc-boutés sur leur projet antisocial au service des riches.

Depuis janvier 2018, le gouvernement a lancé les concertations avec les organisations syndicales sur le volet ressources humaines du projet Action publique 2022.

De plus, en cette rentrée, le projet de réforme des retraites pour tous, public-privé, entre dans la danse !

Face à cette situation et à des décisions régressives qui s’opposent aux demandes légitimes des travailleurs et de la jeunesse, l’heure est à la défense des fondements de notre modèle social et à la conquête de nouveaux droits. C’est pourquoi les organisations CGT – FO – Solidaires – UNEF – UNL décident de faire du 9 octobre prochain une première journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle, étudiante et lycéenne.

LA CGT DES SERVICES PUBLICS DU LOIRET APPELLE À LA MOBILISATION LA PLUS LARGE POSSIBLE LE 9 OCTOBRE A 10H30...

              ORLEANS-Parvis cathedrale                 Montargis-Place du Patis                   Gien-Place Jean Jaurès

La CGT confortée comme première organisation syndicale dans la Fonction publique

Communiqué commun CGT Fonction publique

A partir de résultats partiels, la CGT apparaît comme étant confortée comme première organisation syndicale dans la Fonction publique.

Les organisations de la CGT Fonction publique soulignent que de nombreux dysfonctionnements ont été recensés lors des opérations électorales et ce, dans les trois versants de la Fonction publique.

Nos organisations remercient les personnels pour leur confiance et saluent le travail des militantes et militants qui ont mené une campagne dynamique.

Ces résultats électoraux nous encouragent à poursuivre sans relâche le combat syndical pour la Fonction publique, ses agents, ses usagers.

Le 14 décembre est, parmi d’autres, un temps fort de mobilisation que nous appelons à investir massivement dans le cadre de la convergence public-privé.

Montreuil, le 7 décembre 2018

1/3

Les agents de la métropole d'Orléans alertent sur les temps de travail et les primes

20 Février 2018

Le 1er janvier dernier, les agents communaux des 22 villes de l'agglomération ont été transférés à la métropole. Non sans difficultés selon la CGT, qui organisait un mouvement aujourd'hui.

 

Une petite trentaine de manifestants se sont rassemblés à 13 h 30, ce vendredi 23 février, devant le siège d'Orléans Métropole, à l'appel de la CGT. "C'est une alerte, avant que les négociations commencent sur l'harmonisation du temps de travail et les régimes indemnitaires", précise Yann Bouguennec, agent métropolitain et responsable de la coordination syndicale départementale des services publics CGT. 

Depuis le 1er janvier dernier, les employés salariés par les 22 communes de l'agglomération ont été transférés à la métropole. Ils sont rattachés à six pôles territoriaux. "Désormais, les agents sont déplacés d'une commune à l'autre. Cela a des conséquences. Ainsi, les agents de La Chapelle bénéficiaient d'une salle et ils pouvaient apporter leur repas. Désormais, on leur demande de travailler à Saint-Jean-de-la-Ruelle, mais ils n'ont pas de salle pour manger car il y a un restaurant communal. Or pour certains petits salaires c'est trop cher, donc ils mangent dans leur voiture", décrit Yann Bouguennec. 

Des horaires et des primes disparates

Mais c'est principalement, les horaires et le régime indemnitaire qui posent problème. Chaque commune avait son propre système en terme d'organisation du temps de travail. Tout est encore resté en l'état.

"Certains ne travaillaient pas le vendredi après-midi, d'autres travaillent quatre jours par semaine. Personne ne commence à la même heure le matin. Orléans Métropole veut harmoniser tout le monde à 1.607 heures de travail annuel. Certains perdront donc des jours de congés. Le salaire est le même mais les primes (le régime indemnitaire) ne sont pas identiques d'une commune à l'autre. Il peut y avoir 140 euros de différence d'une commune à l'autre. Nous sommes inquiets", complète-t-il, avec Pascale Petit, représentante CGT. Difficile aussi, pour les agents, pour l'instant, de s'y retrouver dans la hiérarchie entre chef de service, chef de pôle. 

Des négociations à venir

Un comité technique avait lieu cet après-midi, avec les syndicats CGT et CFDT, les directeurs de service et Muriel Sauvegrain, vice-présidente d'Orléans Métropole aux ressources humaines. Elle se dit "à l'écoute de l'inquiétude". Ces questions n''avaient pas été tranchées avant le transfert, "car nous étions dans l'attente des décisions gouvernementales sur les fonctionnaires et nous nous étions mis d'accord avec les autres maires de l'agglo, pour un transfert en l'état". Elle annonce que les négociations sur les temps de travail et le régime indemnitaire débuteront en mars-avril.

                                                                                                              Parallèlement à cette action, à l'appel de la CGT et

                                                                                                              aussi de la CFDT, entre
                                                                                                              90 et 95 % des animateurs périscolaires de la ville

                                                                                                              d'Orléans étaient en grève, aujourd'hui. 

                                                                                                              Ils contestent leurs conditions de travail et le                                                                                                                            manque de nombreux vacataires pour accueillir les

                                                                                                              enfants dans de bonnes conditions. "On se pose aussi

                                                                                                              beaucoup de questions sur le retour ou non à la

                                                                                                              semaine des quatre jours à Orléans", déplore Adeline

                                                                                                              Leguiser, secrétaire adjointe à la CGT. 

                                                                                                             Muriel Sauvegrain précise qu'elle "comprend les

                                                                                                             inquiétudes, mais nous avons énormément de

                                                                                                             problèmes de recrutement. Sur les vacataires

                                                                                                             recrutés, 56 % ne sont pas venus. Nous allons

                                                                                                             décider rapidement pour les quatre jours puisque les

                                                                                                             derniers conseils d'école ont lieu ce soir."

1/3

Projets de décrets portant sur les agents de maîtrise : Le saupoudrage indiciaire ne remplacera pas le reclassement en catégorie B (tract + pétition)

L’accord minoritaire parcours professionnel carrière et rémunération que la CGT a refusé de signer promettait une amélioration du pouvoir d’achat des agents de maîtrise. Maintenant que les négociations ont commencé, force est de constater que le compte n’y est pas !

Les projets de décrets portant sur les agents de maîtrise ne répondent pas aux légitimes attentes des agents et ne correspondent pas aux enjeux de service public.
La maîtrise repose sur une technicité acquise et une fonction d’encadrement dans trois filières du versant territorial : la filière technique (agent de maîtrise), la filière sapeurs-pompiers professionnels (sous-officiers de SPP) et la filière police municipale (chef de police municipale et brigadier-chef principal). La technicité acquise permet d’exercer les fonctions d’encadrement dans de meilleures conditions et devrait légitimement être reconnue par une intégration en catégorie B.

Cependant, sous couvert d’amélioration des grilles indiciaires pour les agents de maîtrise et agents de maîtrise principaux, le gouvernement refuse de valoriser ces cadres d’emplois en catégorie B. Tout comme les accords Jacob, PPCR ne fait pas illusion et la baisse des rémunérations de tous les fonctionnaires reste la règle !

Les agents relevant des échelles 5 et 6 seront bloqués pendant 5 ans. La carrière des agents de maîtrise sera allongée à 13 échelons ; les agents ayant atteint le 12ème échelon seront reclassés au 10ème et devront patienter au moins 6 ans pour obtenir une véritable revalorisation… La Fédération CGT des Services Publics note au passage que les gains d’indice annoncés ne compenseront pas tous la suppression de la GIPA.

La Fédération CGT des Services Publics réaffirme ses exigences de cohérence statutaire entre les qualifications et les missions des différentes catégories :

  • Catégorie C : exécution

  • Catégorie B : organisation et encadrement de proximité

  • Catégorie A : conception, expertise et encadrement

La Fédération CGT des Services Publics et son UFICT réclament la suppression du cadre d’emplois des agents de maîtrise, leur reclassement dans le cadre d’emplois des techniciens et le recrutement des agents sur le grade de technicien au niveau bac.

CGT CSD 45 

®

Services Publics

© 2017
 

10, rue Théophile Naudy
45000, Orléans, France

contact@cgtcsdloiret.com

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page